Visiter Lisbonne
A ne pas faire ?

Cet article ne vise pas à provoquer mais à questionner les recommandations curieusement très uniformes des nombreux médias touristiques (guides papier, blogs, forums, etc). Il convient de les relativiser, ne serait-ce que parce que chacun dispose d’un temps sur place et de centres d’intérêt différents.

Activités d'intérêt discutable

Funiculaires & ascenseur de Santa Justa

Les funiculaires ainsi que l’ascenseur de Santa Justa sont massivement prisés par les touristes depuis qu’ils sont référencés dans tous les guides (papier ou virtuels). Au-delà de leur côté exotique et amusant, ils sont pourtant loin d’être la panacée :
▪ temps de queue certain (régulièrement plus d’une heure) pour un trajet très court
▪ présence de pickpockets (autant que dans le tramway)
▪ concernant l’ascenseur de Santa Justa, la montée en elle-même n’a aucun intérêt (il s’agit d’un ascenseur…) et la passerelle où il mène est accessible à pied sans payer (l’emprunter en sens inverse depuis le Largo do Carmo)

In fine, on perd moins de temps et on découvre bien plus de choses en montant ou en descendant à pied par les ruelles adjacentes.

Tour de Belém (entrée)

Sentinelle de pierre montant la garde au ras de l’eau, cette tour s’élevait jadis en plein Tage. Le fleuve s’est ensablé et elle a été rejetée à la rive. Si ses ornements sculptés, ses balcons, ses coupoles mauresques, et la blancheur de sa pierre, lorsqu’elle apparaît au lointain, lui donnent la grâce d’une princesse, on découvre en l’approchant qu’elle est avant tout forteresse. Ses couleuvrines étaient pointées vers la mer, et dans ses basses fosses, que le fleuve inondait à chaque marée, des captifs croupirent pendant de longues années. Aujourd’hui, la Tour de Belém n’est plus qu’une admirable relique et ne garde plus que des souvenirs.

La magnificence de son aspect extérieur est trompeuse : il n’y a quasiment rien à découvrir à l’intérieur et l’on perdra vite son sang-froid une fois coincés dans l’étroit escalier en colimaçon du 16e siècle (impossible de monter et descendre en même temps). L'admirer de l'extérieur suffit donc, et pour une vue sur le quartier de Bélem, privilégier le Monuments des Découvertes.

Château São Jorge

Délaissé et d’entrée gratuite dans les années 2000 (des vieillards venaient y jouer aux cartes), le château est entre temps devenu le monument le plus visité de la ville via le support d'une publicité massive. Réputation surfaite car il n’a rien d’exceptionnel en comparaison des autres châteaux de la région (Palmela, etc.). Il offre avant tout une belle vue au tarif désormais prohibitif de 8,5€/personne, explications historiques inexistantes. Quant à la partie encore gratuite du château, c’est un méandre d’établissements touristiques que plus aucun portugais ne fréquente, qu’il reste toutefois plaisant de visiter à la tombée de la nuit lorsque plus un chat ne rôde.

Museu do Fado

Il est surprenant et regrettable que le musée du Fado soit aussi pauvre étant donné le classement à l’Unesco et tout le tapage fait par ailleurs sur cette musique traditionnelle lisboète. A sa décharge, le fait que le Fado s’écoute avant tout, mais il serait possible de broder de manière bien plus intéressante et approfondie sur son histoire, sa symbolique, ses variations, ses paroles, sa technique. Nous nous proposons de vous expliquer tout cela au cours d'une visite guidée d'Alfama & Mouraria.

Activités optionnelles de par le manque de temps (à peine 2 jours sur place)

Belém & Sintra

Aussi étonnant que cela puisse paraître, la visite du quartier de Belém est bien optionnelle sur un court séjour, tant les quartiers intra-muros (qui s’étendent sur 5 kms depuis Alfama jusqu’au pont du 25 avril) sont fascinants à explorer. Garder à l’esprit que Bélem est une banlieue ordinaire dont l’attrait principal est son monastère classé à l'Unesco, garantie de foule touristique plus que d’exception. Constat identique pour Sintra, dont la découverte nécessite au minimum une journée complète, auquel cas cela semble peu prioritaire pour qui dispose de moins de 3 jours pour visiter Lisbonne même.

Fondation Calouste Gulbenkian

Un musée splendide exposant des collections d’objets du monde entier. Cependant, si le temps est limité, mieux vaudra se tourner vers les musées les plus uniques et les plus originaux, à savoir directement liés aux héritages culturels et aux évolutions artistiques du Portugal.

Parque das Nações [parc des nations]

Quartier sorti de terre à l’occasion de l’exposition universelle de 1998, il se veut l’emblème d’une Lisbonne dynamique, même si son architecture moderne semble à certains égards déjà désuète. Si l’on ne compte pas visiter l’Oceonarium, une à deux heures suffissent amplement pour se promener le long des quais. Afin d’optimiser son temps, il est envisageable de s’arrêter dans ce quartier en métro (station Oriente) lors du retour à l’aéroport (qu’on pourra ensuite rejoindre en métro ou à pied – tout droit sur 2 kms via l’Avenida de Berlim).

Cristo Rei [christ roi]

Monter au pied du Christ offre une vue extraordinaire sur la région de Lisbonne et son estuaire, mais compter une demi-journée pour cette attraction : traversée pour Cacilhas, puis montée à pied, afin de découvrir en chemin une banlieue aux allures de village (Almada).